Togo : un vétérinaire n’est pas n’importe qui

Togo : un vétérinaire n’est pas n’importe qui
Produits vétérinaires à qualité douteuse

Le ministère de l’Agriculture, de l'Elevage et du développement rural a procédé le mercredi passé à une sensibilisation des éleveurs et vendeurs à Agoè-Nyivé sur les dangers liés à la vente et à l’administration des produits vétérinaires illicites aux bétails.

 L’objectif de cette séance de sensibilisation est d’amener les éleveurs à prendre conscience des dangers et risques de la santé humaine liés à l’administration des produits vétérinaires illicites de surcroit par un non professionnel.

 

Au cours de cette séance, les vendeurs ont été tenu informer de la non légitimité et des risques (liés à l’utilisation de ces produits exposés au soleil et vendus à moindre coût) pour les animaux ainsi que pour les humains qui consomment la viande et d’autres produits dérivés de ces animaux (œufs, lait…).

 

Nous constatons avec regret que les gens qui ne sont pas vétérinaires vont au Ghana, au Nigéria, acheter des produits vétérinaires qui viennent exposer et les vendent sur les marchés togolais. D’abord, les sources d’approvisionnement sont douteuses, les conditions d’entreposage sont mal faites, ce qui affecte la qualité du médicament’ a expliqué le Dr Barry Ibrahim, point focal médicament vétérinaire dans l’espace Union économique et monétaire ouest-africain (UEMOA).

 

Il faut noter que le Togo dispose des textes qui régissent l’exercice de la profession vétérinaire selon l’arrêter No du Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche (MAEP) depuis 2005.