Togo-Soja : le CIFS à la croisée des chemins ?

Le Conseil interprofessionnel de la filière soja au Togo (Cifs-Togo) a effectué, du 03 au 07 juillet 2023, une tournée dans plusieurs préfectures et zones du pays, considérées comme places fortes de production de la légumineuse. Ce déplacement à itinéraire fixé, devait relever auprès des acteurs de la filière "les difficultés, aussi bien dans la production que la commercialisation du soja, et enfin procéder au lancement de la campagne de production 2023", a appris de bonnes sources Nzaranews.

Juillet 20, 2023 - 16:20
Juillet 20, 2023 - 16:18
 0
Togo-Soja : le CIFS à la croisée des chemins ?
Le CIFS procède au lancement de la campagne de production 2023

Il fallait surtout recueillir des propositions de solutions pour l’écoulement de stocks de soja encore disponibles. Des acteurs contactés, font état de ce que "80.000 tonnes de soja n’ont pas trouvé de preneurs pour la campagne 2022-2023. Impossible de les écouler", disent-ils. Le marché semble s’être brutalement retourné.

Plusieurs commerçants, intermédiaires et agrégateurs habituels, forts de leurs contrats avec la PIA (co-entreprise entre l'État togolais et Arise IPP) et le MIFA (Mécanisme incitatif de financement agricole), ont fait leur intrusion sur le terrain, achetant des quantités de soja (à 300/kg aux producteurs) qu’ils stockaient, dans l’espoir de les revendre plus chers, alors que le prix au kilogramme baissait sur le marché international.   

LIRE AUSSI - Togo-Soja : des acteurs victimes de leur propre jeu ?

"Depuis l'année dernière, les producteurs n'ont pas pu vendre comme ils l’espéraient", avait reconnu fin mai 2023, Komlan Kadzakade, président du Cifs. L'exportation anarchique du soja, la concurrence déloyale, ne permettaient pas aux acteurs de proposer de meilleures offres sur le marché.  

Au Togo, la filière soja a une interdépendance entre les différents maillons (producteurs, commerçants, exportateurs et transformateurs). 

Réviser le circuit de commercialisation et de production 

Les acteurs, plus précisément les producteurs veulent la régulation du prix du soja bio, tout comme la réduction des taxes perçues par les communes, les syndicats et les agents aux différents postes de contrôle. Ils souhaitent également une subvention sur le prix des semences certifiées à mettre à la disposition des producteurs. Les semences n’avaient pas été fournies comme prévu. 

Selon des observateurs avertis, "la difficulté est que la PIA est rentrée dans la production de soja, donnant la base aux semenciers qui avaient leurs superficies de production ; la PIA ayant limité la production des semences pour les fournir aux agrégateurs, les semenciers eux, ne peuvent donc plus vendre leurs productions, les agrégateurs ayant déjà livré aux producteurs".

L’implication de l’État ?

Les gouvernants se tiennent prêts à contribuer à la résolution des problèmes de la filière soja. "L’implication de l’État dans la recherche de solutions aux problèmes rencontrés montre une volonté de faire de cette filière un maillon essentiel de sa politique de développement", a déclaré le 18 juillet 2023, Komlan Pussuwè Kadzakade, le président du CIFS.

Un plan filière soja 2023-2028 a été validé au cours d’un atelier, le16 juin 2023 à Lomé.  Ce plan de relance sur 5 ans pour 30 milliards de Fcfa est à l'étude. L’objectif est d’avoir un document de plan consensuel comportant les contributions des différents acteurs.

La Fédération nationale des coopératives de producteurs de soja (Fncps), regroupe 30 000 producteurs, tandis que l’Association nationale des commerçants et exportateurs de soja (Ances) compte 200 acteurs. L’Association togolaise des transformateurs de soja (Atts) regroupe 100 membres actifs. 

Jacques Sourou DOUTI Journaliste, Consultant en communication pour le développement | Directeur de publication de Nzaranews