Togo : ‘Lorsqu’on traite un animal avec de faux médicaments, nous avons les résidus de ces faux médicaments dans nos plats’

Togo : ‘Lorsqu’on traite un animal avec de faux médicaments, nous avons les résidus de ces faux médicaments dans nos plats’
Attention à ce que nous injectons aux animaux

Des populations sont quotidiennement exposées aux dangers liés à la vente et l’administration des produits vétérinaires illicites au bétail sans toutefois réaliser la portée des conséquences sur leur santé.

Les inspecteurs du Médicament Vétérinaire des Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) se rassemble depuis hier 19 avril à l’hôtel Santa Maria à Lomé pour évaluer et harmoniser les nouvelles actions à entreprendre dans la lutte contre la vente illicite des médicaments vétérinaires dans l’espace communautaire.

 

Il sera question au cours de cette réunion annuelle de rappeler le dispositif communautaire d’inspection pharmaceutique vétérinaire, présenter la liste actualisée des autorisations de mise sur le marché communautaires et sensibiliser les Etats membres sur le respect des textes réglementaires.

 

LIRE AUSSI - Togo : un vétérinaire n’est pas n’importe qui

 

L’occasion permettra aussi de faire le point, présenter les résultats obtenus et les difficultés rencontrées dans l’exécution des Campagnes d’Assainissement du Marché du Médicament Vétérinaire (CAMMVET) de 2018 à 2021 dans les Etats membres. Afin de pouvoir harmoniser les nouvelles actions à entreprendre sur la période 2023-2025.

 

Toujours au cours de cette réunion, la méthode de collecte et de conservation des échantillons de médicaments vétérinaires pour un contrôle de qualité au laboratoire sera présentée. De même, une visite d’inspection sur le terrain aura lieu.

 

Toutes ces actions méritent d’être réalisée car selon le commissaire Kako Nubukpo présent à cette réunion, ‘La lutte contre les faux médicaments vétérinaires constitue un défi pour l’UEMOA. Lorsqu’on traite un animal avec de faux médicaments, nous avons les résidus de ces faux médicaments dans nos plats’.