Togo: l'ONG JVE s'interroge sur la responsabilité des jeunes dans la dégradation des écosystèmes et la perte de la biodiversité

Togo: l'ONG JVE s'interroge sur la responsabilité des jeunes dans la dégradation des écosystèmes et la perte de la biodiversité
Dégradation des écosystèmes et perte de la biodiversité

Les populations rurales pauvres sont confrontées à un ensemble de défis interdépendants en matière de gestion des ressources naturelles. Elles subissent de plein fouet l'impact du changement climatique, qui se traduit par une dégradation continue de leurs écosystèmes et une perte de la biodiversité dont ils dépendent.

Les écosystèmes forestiers, par exemple, abritent environ 80 % des espèces animales et végétales terrestres et sont une véritable source de subsistance pour les populations à travers le monde. Les accords internationaux ont fixé des objectifs pour renforcer les efforts de protection et de conservation. Cependant, ces objectifs ambitieux ne sont pas suffisamment mis en œuvre aux niveaux national et régionaux en raison de la fragilité de la gouvernance et du manque de collaboration dans la gestion.

Lire aussi: Togo: des mesures pour lutter contre le ravage de la chenille légionnaire


La dégradation des forêts a entraîné une perte accrue de la biodiversité en raison des impacts directs sur le fonctionnement de l'écosystème et ses services. Souvent marginalisées, les populations rurales sont particulièrement défavorisées, notamment les femmes et les jeunes, car elles sont responsables de la production alimentaire primaire et de la collecte de l'eau, du combustible et des produits forestiers non-ligneux, certaines d'entre elles sont indigènes et dépendent fortement des ressources naturelles.


Ainsi, l'engagement de ces groupes dans la restauration et la gestion des ressources naturelles dont ils dépendent pour leur subsistance est donc à la base des efforts de conversation.
Afin de lutter contre le changement climatique et de maintenir la température mondiale en dessous de 2 °C, il est nécessaire de catalyser les efforts de restauration des forêts et autres écosystèmes fragiles.

La mise en œuvre des approches de restauration fondées sur la nature et l'engagement des différents groupes de parties prenantes dans la protection et la gestion des ressources naturelles permettra de rétablir un équilibre sain et durable dans le fonctionnement des écosystèmes.


Dans ce processus de diffusion des notions et pratiques fondées sur la nature, l'ONG Jeunes Volontaires pour l'Environnement (JVE) organise la 18 ème édition du Festival AgroBioCulture sous le thème : “Optimiser l'Action de la Jeunesse Africaine en faveur des Systèmes Alimentaires Durables et la Restauration des Paysages Forestiers”. L’événement va se dérouler du 20 au 30 août 2022 dans la région des Plateaux, notamment dans le Grand Kloto. Elle sera accueillie par la communauté Kpélé Tsiko et ses autorités locales et traditionnelles.


Le but est d’optimiser l'action de la jeunesse africaine pour une gestion collaborative des ressources naturelles, la restauration et la promotion d'une culture durable de connaissances et de ressources combinées pour une transition efficace vers des solutions fondées sur la nature.