Togo : les cotonculteurs dans la tourmente ?

Togo : les cotonculteurs dans la tourmente ?
Les cotonculteurs face aux difficultés causées par les ravageurs

La campagne s’annonce décevante pour la saison cotonnière au Togo. Tant les producteurs ont dû faire face à une attaque de parasites ravageurs qui ont profondément affecté leurs cultures. Ces acteurs savent que les volumes de coton à récolter cette saison 2021-2022, vont chuter. Ils s’inquiètent quant à l’attitude à adopter envers leurs créanciers.

Les observateurs avisés indiquent que les pertes en production cotonnière, dues aux ravageurs sont estimées entre 10 et 15%, et sont plus ressentis dans le Nord du pays, notamment dans les régions des Savanes, de la Kara et Centrale. Selon des estimations, non officielles, la production n'atteindra probablement pas les projections de 146 000 tonnes, souhaitées par la Nouvelle Société cotonnière du Togo (NSCT), alors qu'elle était déjà en-deçà des 60 000 tonnes l'année dernière.  

LIRE AUSSI - Togo : la filière coton a du mal à se relever

Les producteurs face au risque d’impayés

Les producteurs, de leur côté, ne sont certainement pas dans une position idéale, au regard de la fin de parcours de leurs activités. Ils n’entrevoient pas encore de solutions, lorsqu’ils scrutent l’horizon proche, au bout duquel, ils doivent rembourser les "forfaits" perçus auprès de la NSCT ainsi que les prêts contractés auprès d’institutions financières.

« L’heure est grave pour nous ; comment allons-nous pouvoir rembourser nos banques ? », se plaignent des responsables de coopératives dans les régions des Savanes et de la Kara. « Ce sont les attaques des jassides qui nous ont posé des problèmes, et il faut que la NSCT nous comprenne ; il faudra qu’on s’asseye pour négocier la façon dont il faut rembourser les forfaits, parce que la nouvelle saison est pour demain et il faut reprendre les mêmes procédures », soulignent-ils en faisant savoir que « les banques ou institutions de crédit doivent, elles aussi comprendre notre situation qui ne provient pas de nous ».

La réalité est que la chute de la récolte se confirme. Ce qui signifie que certains producteurs seront dans l’impossibilité de rembourser leurs crédits souscrits pour la campagne, et qu'ils auront tout autant de difficulté à obtenir de nouveaux prêts.

Crise des attaques parasitaires

Au Togo, les infestations parasitaires constatées au mois de septembre 2022, ont été dominées par les piqueurs suceurs, notamment les jassides qui ravagent les cultures cotonnières. De fortes infestations sont observées avec des dégâts considérables dans l’ensemble des pays.

Plusieurs pays de la région Ouest-africaine sont également victimes du Jassid. « Exceptés le Bénin, le Cameroun et le Tchad, des pays comme le Burkina, la Côte-d’Ivoire, le Sénégal, sont durement touchés et les pertes de productions sont importantes. Vous avez des producteurs qui n’auront rien. Il y en a même qui, face à l’impuissance, ont abandonné les champs », a révélé Kodjané Ndiamoi, le Président en exercice du Programme régional de production intégrée du coton en Afrique (PR-PICA).

LIRE AUSSI - Togo-Coton : il n’est pas encore tard pour bien réussir