Togo-FAO : pour un cadre plus performant des acteurs de la pêche artisanale

Togo-FAO : pour un cadre plus performant des acteurs de la pêche artisanale
Les acteurs du secteur de la pêche en formation

A la fois génératrice d’emplois pour de faibles volumes de captures et une bonne valorisation, la pêche artisanale peut être la garante d’une transition vers une pêche durable, à condition de l’entretenir. C’est dans cette logique qu’une trentaine d’artisans de la pêche ont suivi un atelier sur le thème "entrepreneuriat, management et genre", initié par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), à l’intention des membres de la Fédération nationale des unions coopératives de pêche du Togo (FENUCOOPETO),

Pendant une semaine, du 18 au 21 octobre 2022, la trentaine d’acteurs (pêcheurs, femmes mareyeuses, commerçantes, femmes fumeuses de poissons) ont renforcé leurs capacités, dans le cadre de la modernisation de la pêche, à travers des modules allant du concept et les formes d’entrepreneuriat, la gestion et le leadership, les bonnes et mauvaises pratiques de pêche, l’éducation financière aux principes et valeurs coopératifs. Nombres de problèmes élucidés vont, selon les divers avis, aider à restaurer les stocks halieutiques pour une gestion certaine du secteur de la pêche artisanale.

Les attentes comblées 

Les participants à l’atelier de Lomé ont exprimé leur satisfaction, après les enseignements reçus. « Nous avons apprécié le modèle de gestion que nous ne connaissions pas du tout, surtout le système de pisciculture intégrée qui associe les cultures maraichères, le maïs, ou encore les cultures de contre-saison ».

D’autres se sont rendus compte qu’ils n’étaient pas sur la bonne voie, dans la pratique de la pêche. « Nous risquons de ne plus avoir de poissons, si nous n’utilisons pas les filets à mailles indiqués ; nous avons beaucoup appris sur la gestion même de nos activités, c’est-à-dire éviter que les ressources halieutiques ne disparaissent ».

Tous les participants sont unanimes sur la restitution des conseils reçus à leurs homologues, membres de coopératives locales, pour la bonne marche de la pêche.

Pour l’encadrement, l’essentiel des thèmes traités serviront à construire une vision commune de réussite pour tous les membres de la FENUCOOPETO. Ce qui reflète justement l’objectif de la FAO qui veut « faire en sorte que la pêche artisanale trouve sa place dans l’agriculture familiale ». 

L’agence spécialisée des Nations Unies avait déclaré l’année 2022, "Année internationale de la pêche artisanale et de l’aquaculture".

Les objectifs de la FAO

Le Projet d’appui au développement de la pêche artisanale (GCP/GLO/965/SWE - Creating an enabling environment for securing sustainable small-scale fisheries) répond à cette préoccupation importante du secteur de la pêche artisanale au Togo tout en tirant parti, dans le même temps, d’une possibilité de développement. En créant les conditions permettant aux pêcheurs artisanaux de diversifier et renforcer leurs activités, ledit projet, non seulement permettra aux communautés de pêche d’augmenter les revenus qu’elles tirent de leur travail, mais améliorera également les moyens d’existence des ménages pauvres, vivant de la pêche artisanale. 

Cet objectif de développement vise à accroître aussi de manière durable, les gains que tirent les "petits" opérateurs commerciaux de la vente du poisson.

LIRE AUSSI- Togo : des artisans de la pêche à l’école du perfectionnement

En 2021, plus de 4000 tonnes de poissons ont été pêchées depuis le Port de Pêche artisanale de Lomé (POPEL), marquant une hausse de près de 18% par rapport aux 3450 tonnes de 2020, selon les informations publiées par le ministère de l’économie maritime et de la pêche.