Togo : des partenariats qui permettent de resserrer les liens commerciaux entre les acteurs des chaînes de valeur agricoles

Togo : des partenariats qui permettent de resserrer les liens commerciaux entre les acteurs des chaînes de valeur agricoles
Coopération NZARA-GIZ

Nombreux sont les défis qui meublent le secteur agricole. Et parmi la pléiade de préoccupations, il y a de ces solutions spécifiques susceptibles d’améliorer durablement les revenus des producteurs. C’est dans cette logique qu’a été lancée l’initiative spéciale SEWO (Un Seul Monde sans faim) par le biais du projet global des "Centres des innovations Vertes pour le secteur agroalimentaire. Cette initiative originale, soutenue par le ministère allemand de la Coopération économique et du Développement, est destinée à accompagner le Togo dans son ambition de relever nombre de défis liés au monde agricole, à savoir : améliorer les revenus des petits producteurs, créer de l’emploi et de la richesse dans le cadre de la mise en œuvre d’innovations.

Le Programme "Centres des innovations Vertes pour le secteur agroalimentaire (ProCIV)" exécuté par l’agence allemande de coopération internationale pour le développement (GIZ), accompagne les producteurs dans les filières anacarde, arachide et soja. Ledit programme soutien les producteurs dans l’identification, la mise en capacité et l’adoption durable d’innovations sur les filières cibles, en vue d’améliorer leur productivité, leurs revenus et donc leurs conditions de vie. Ces innovations à haute valeur ajoutée ont débouché sur la mise au point d’un paquet technique de base, avec pour objectif de permettre aux producteurs d’avoir accès aux intrants (semences certifiées et fertilisants), et de trouver un débouché sécurisé pour le surplus de production induit par leur utilisation.

Après l’approche Champs tests d’innovation dont l’objectif était de faire découvrir et faire tester par les producteurs les innovations vectrices d’amélioration de rendements et de revenus, puis du concept Champs commerciaux d’innovation (CCI) qui s’était  attelé au renforcement des liens d’affaire entre les producteurs et les acteurs amonts (fournisseurs d’intrants) et aval (acheteurs), les acteurs des chaînes de valeur soja et arachide se sont retrouvés du 09 au 11 mars 2022 à Kara (Nord-Togo) pour, cette fois-ci échanger et partager leurs points de vue autour d’un nouveau concept qui se veut plus durable pour la pérennisation des actions du ProCIV : le concept Agrégateur Intégré (AgrI). Le positionnement des acteurs amont et aval comme moteur de l’adoption des bonnes pratiques agricoles par les producteurs, le recueil de leurs apports ainsi que la sélection des variétés porteuses d’arachide et de soja pour le marché ont été les points essentiels sur lesquels les divers partenaires présents ont porté leurs réflexions.

Mise en place d’un mécanisme durable  

Au cours de la campagne 2021/2022, les actions du ProCIV avec ses partenaires autour des chaines de valeur soja-arachide étaient axées sur les mises en relations commerciales d’une part, entre les producteurs et les fournisseurs d’intrants en vue de faciliter leur accès aux intrants de qualité, et d’autre part entre les producteurs et les acheteurs de grain pour la garantie d’un marché pour le surplus dégagé de la production. Les actions de mise en relation ont été matérialisées par l’organisation de visites d’échange (post levée et post récolte) pour permettre aux producteurs, les fournisseurs d’intrants et les acheteurs de se rencontrer et d’échanger.

Plus tard, ce sont tenus des ateliers de négociation des prix en fonction des volumes assortis de matrices de prix préférentiels. Toutefois dans ce mécanisme ProCIV s’est appuyé sur les structures partenaires de la société civile (ONG et Associations) et les organisations de producteurs mobilisés par un contrat de prestation. L’implication de ces structures partenaires qui ne sont pas parties prenantes des transactions pose un problème de durabilité du mécanisme, car sans l’appui financier de ProCIV le mécanisme de mise en relation risque d’être fortement fragilisé.

Pour remédier à cette faiblesse et s’engager dans une démarche de consolidation et de durabilité, le ProCIV met cette année le focus sur une nouvelle approche à travers l’insertion d’Agrégateurs Intégrés (Agri) dans les chaînes de valeur soja et arachide conventionnelles.  

 Les activités de groupes menées par les acteurs ont permis de passer en revue la description de l’AgrI, ses rôles et tâches ainsi que les critères de sa sélection pour parvenir plus tard à un consensus par rapport aux commissions à percevoir par l’AgrI en fonction des volumes des produits. Ils ont ainsi défini les profils de l’Agrégateur Intégré qui doit être un acteur indépendant des fournisseurs d’intrants et des acheteurs, afin d’éviter tout conflit d’intérêt. Un autre point d’achoppement a été le dispositif à mettre en place pour sécuriser les transactions financières.

Les conclusions des travaux ont mis l’accent sur l’élaboration d’un cahier de charge de l’AgrI répondant aux attentes à la fois des fournisseurs d’intrants et des acheteurs. En somme, l’Agrégateur intégré doit, entre autres, agréger les besoins en intrants des différents de producteurs des villages de sa zone d’intervention et en faciliter l’acquisition, connaitre les caractéristiques des produits y compris les variétés dont les semences sont disponibles, s’assurer de la disponibilité des produits (stocks) et agréger les quantités, faciliter la vente groupée des produits agricoles.

La plate-forme "NZARA" pour faciliter la gestion des activités des AgrI et la rencontre de l’offre et de la demande

Tenant compte des expériences passées, et dans le souci d’augmenter les chances de pérennisation de cette initiative, la GIZ/ProCIV a procédé à une analyse des solutions fonctionnelles au sein de l’écosystème digital togolais, en vue d’identifier la solution la mieux élaborée et à même d’intégrer les particularités de ses concepts. La plateforme "NZARA" de la société SYSTID Sarl fut identifiée et le cadre de partenariat d’exploitation de cette solution et son adaptation aux besoins des cibles de la GIZ/ProCIV est en cours de définition.

C’est donc à juste titre que parmi les structures présentes aux discussions de Kara, figurait le cabinet SYSTID Sarl. Celui-ci a saisi cette occasion pour présenter sa plateforme "NZARA" qui est une place de marchés digitaux de matières premières agricoles, d'intrants agricoles, de matériels/équipements agricoles et de produits agroalimentaires essentiellement locaux. Dans ses prestations, SYSTID Sarl développe également des outils numériques de gestion des activités dans le secteur agricole et de développement rural.

La place de marché "NZARA", tout en offrant la possibilité aux transformateurs de produits agricoles et aux vendeurs de produits agroalimentaires de créer et animer leur boutique de vente, dispose également d’une salle de négoce de matières premières agricoles qui permet aux acteurs de déclarer leurs stocks et besoins en matières premières agricoles, et de négocier directement avec l’acteur concerné sans intermédiaire. Elle donne également la possibilité aux utilisateurs de publier de petites annonces de vente ou d’achat de produits agricoles ou agroalimentaires.

Ce partenariat GIZ/ProCIV-SYSTID Sarl, s’il se concrétisait, faciliterait la gestion des activités des AgrI, mais surtout donnerait rapidement accès à un plus grand marché aux bénéficiaires du programme sans que celui-ci soit obligé de développer une solution spécifique dont la maintenance après la mise en œuvre du Programme n’est pas garantie. Il s’agirait là d’une belle leçon de partenariat Projet de développement-Secteur Privé à démultiplier pour, non seulement participer à la pérennisation des actions de développement, mais également contribuer au développement des entreprise locales.

Télécharger l'application mobile de NZARA