Togo : des artisans de la pêche à l’école du perfectionnement

Togo : des artisans de la pêche à l’école du perfectionnement
Vers le perfectionnement de la pêche artisanale au Togo

Une trentaine de pêcheurs provenant des région Maritime et des Plateaux suivent à Lomé (Togo), un atelier consacré à l’entrepreneuriat, le management et le genre. Cette formation permet à ces acteurs de la pêche artisanale d’avoir les éléments nécessaires d'une bonne organisation, d'une installation adaptée, d’une bonne gestion et d'un système fiable, dans leurs occupations professionnelles.

La formation des acteurs du secteur de la pêche vient à point nommé, dans la mesure où elle va relever le niveau des membres des coopératives de pêcheurs, de transformateurs et de commerçants à la base qui vont acquérir les rudiments essentiels pour une meilleure pratique de leurs activités.  Le concept et les formes d’entrepreneuriat, la gestion et le leadership, la répartition des rôles entre hommes et femmes, les bonnes et mauvaises pratiques de pêche, le concept de management, l’éducation financière, les méthodes de gestion des conflits, les principes et valeurs coopératifs, sont les principaux modules sur lesquels s’appesantissent les formateurs et les participants de la Fédération des unions coopératives de pêche du Togo (FECOOPETO), du 18 au 21 octobre 2022. 

Rechercher les techniques et moyens d'existence durables

L’atelier basé sur des travaux de groupe, reposent sur l’évaluation des prérequis et expériences des participants (femmes et hommes) en matière d’organisation et d’entreprenariat. Il a pour objectif d’améliorer les capacités techniques et organisationnelles des coopératives/associations de pêche artisanale aux niveaux local, régional et national pour renforcer la contribution du secteur à la sécurité alimentaire et à l'éradication de la pauvreté.

Tout en saluant la tenue de l’atelier de formation, le chef Programme du bureau de la FAO-Togo, Oyétunde Djiwa a rappelé que l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, sur recommandation des autorités togolaises, « veut faire en sorte que la pêche artisanale trouve sa place dans l’agriculture familiale. » Dans cet ordre d’idée, il a assuré les divers acteurs que la FAO continuera à leur apporter « le soutien nécessaire pour une fédération des unions coopératives plus forte », rappelant que l’agence spécialisée des Nations Unies avait déclaré l’année 2022, "année internationale de la pêche artisanale et de l’aquaculture".

Un peu plus de 22 000 personnes (selon les dernières statistiques officielles), particulièrement les femmes sont impliquées dans la pêche artisanale au Togo.

LIRE AUSSI-Togo : la FAO soutient la résilience des femmes du secteur de la pêche

Le représentant du ministre de l’Economie marine, de la pêche et de la protection côtière, Eco Marcelin Anani, attaché de cabinet, a de son côté invité les participants à « se concentrer sur les enseignements, pour faire de la pêche un grand pilier de développement qui fait partie des objectifs contenus dans le programme national de développement (PND) du Togo ».

Les initiatives visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale

Dans le cadre de la construction des synergies entre la mise en œuvre de Directives volontaires pour la sécurisation d'une pêche artisanale durable, dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté, de l’Année internationale de la pêche et de l’aquaculture artisanales 2022 et de la Décennie des Nations Unies pour l'agriculture familiale 2019-2028, et sur la base des activités de renforcement des capacités des organisations des pêcheurs artisanaux, le Togo a été sélectionné comme un des pays pilote pour la mise en œuvre de cette initiative.

C’est dans ce cadre qu’un protocole d’accord, a été signé entre la FAO et la FENUCOOPETO (Fédération Nationale des Unions de Coopératives de Pêches du Togo) pour l’organisation de l’atelier de Lomé dont la suite est prévue à Kara (chef-lieu de la préfecture de la Kozah), du 25 au 28 octobre 2022, pour les trois régions économiques restantes.