Togo : davantage de sécurité alimentaire et nutritionnelle dans nos Communes

Togo : davantage de sécurité alimentaire et nutritionnelle dans nos Communes
La question de sécurité alimentaire

Ce 26 août, prend fin à Atakpamé, la quatrième session de formation des maires, conseillers et cadres municipaux des communes touchées par le programme de sécurité alimentaire et renforcement de la résilience (ProSecAl) de la région des plateaux.

Pendant trois (3) jours, une trentaine d’élus locaux ont été outiller sur les connaissances de base de sécurité alimentaire et nutritionnelle (SAN) ainsi que l’importance de la nutrition. Ils sont aussi sensibilisés à développer d’eux-mêmes des interventions sensibles à la nutrition pour le développement de leurs communes.

Cette initiative de la Coopération Technique Allemande, GIZ, en collaboration avec les ministères en charge de la santé et de l’Agriculture permettra aussi aux participants de renforcer leurs capacités pour assurer le suivi et la pérennisation des actions du projet ProSecAl en cours dans leurs communes. « La formation vise également à contribuer à orienter les communes dans les réflexions nécessaires à l’élaboration d’un plan d’action pour la mise en œuvre d’au moins une intervention de SAN prioritaire pour la commune, et à l’intégration efficace des aspects de sécurité alimentaire et de nutrition dans leurs plans de développement communaux » a souligné Dr Kerstin HELL, cheffe de mission GFA/ProSecAl.

LIRE AUSSI - Agriculture africaine : relever de défi futur de la sécurité alimentaire

Pour l’Adjoint en second du Maire de la Commune Ogou 1, Yao Toyo, investir dans la sécurité alimentaire et dans la nutrition, c’est investir dans le capital humain de la commune, c’est investir dans la santé et la productivité des hommes et femmes de la commune qui à leur tour portent le développement local.

Le Programme Multisectoriel Sécurité Alimentaire et Renforcement de la Résilience (ProSecAl) est mis en œuvre au Togo depuis 2015 dans la région maritime, dans la région de la Kara en 2018 puis dans la région des Plateaux en 2019. Il vise à contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des femmes en âges de procréer (15 à 45 ans) et des enfants (6 à 23 mois).