Togo-consommer local : une politique qui rassemble tous les citoyens

Togo-consommer local : une politique qui rassemble tous les citoyens
Une double célébration au Togo

La journée mondiale de l’alimentation est célébrée ce 16 octobre partout dans le monde. Au Togo, cette célébration va de pair avec le mois du consommer local, lancé ce vendredi 14 octobre à Aného.

En prélude à la journée de ce dimanche 16 octobre, le fonds des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rural a organisé ce vendredi 14 octobre une conférence débat autour du thème : « Ne laisser personne de côté – Amélioration de la production, de la nutrition, de l’environnement et des conditions de vie ». Cette même journée a été marqué par le lancement officiel à Aného de la troisième édition du mois du consommer local au Togo placé sous le thème « Consommation des produits locaux, facteur d’accroissement des investissements en faveur des Très Petites, Petites et Moyennes Entreprises (TPME) ». Un thème qui appelle toutes les couches socio-économique et culturelles à privilégier les consommations des produits locaux pour parvenir à un développement économique endogène inclusif. 

Libérer le monde de la faim

Depuis sa création en 1945, la FAO ne cesse d’œuvrer pour sa mission noble, celle de libérer le monde de la faim. Pour ce faire, elle ne cesse de fournir à ses 194 Etats membres, l’assistance technique nécessaire (conseil des gouvernements sur le choix de meilleur politique) afin que sa vision de parvenir à un monde libéré de la faim devienne une réalité. L’organisation onusienne a saisie l’occasion pour sensibiliser de la population. « La journée mondiale de l’alimentation qui se célèbre chaque 16 octobre, est une occasion unique pour la FAO pour sensibiliser le monde sur les défis de l’atteinte de la sécurité alimentaire dans le monde et surtout à informer le maximum de personne sur les notions de la faim, de la mal nutrition » A déclaré monsieur DJIWA Oyétoundé, charger de programme de la FAO au Togo.  

Pour ne laisser personne de côté, la FAO met l’accent sur quatre (4) points dans son cadre stratégique : améliorer la production, améliorer la nutrition, améliorer les conditions de vie et améliorer l’environnement. Selon la FAO si les efforts sont faits pour améliorer ces quatre éléments clés, nous pouvons espérer un monde libéré de la faim où il y a l’égalité des chances pour tous d’avoir une alimentation saine et adéquate.

Les produits locaux gage d’une alimentation saine ?

La promotion du consommer local fait partie des actions du gouvernement togolais pour l’atteinte de la sécurité alimentaire. Cette action qui n’est qu’à ces début est confronter à des défis qu’elle doit relever. « Notre secteur a encore des défis à relever, surtout le défi relatif à la compétitivité de nos produits et entreprises » a indiqué le président de la Coopérative des Transformateurs des Produits Agricoles du Togo (COTPAT), Salami Layi.

Beaucoup de togolais hésitent encore en matière de consommation des produit locaux car il n’est pas seulement question de consommer des produits locaux, mais aussi de consommer les produits de qualités. Raison pour laquelle on ne parle plus seulement de sécurité alimentaire mais plutôt de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

LIRE AUSSI - Des aliments sûrs pour une sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique

Les propos des consommateurs sont divers en ce qui concerne la qualité des produits locaux. D’aucuns pensent généralement que rien ne garantit la qualité des produits de nos entrepreneurs en matière de certification. Surtout les produits agroalimentaires et donc leur consommation se présente comme un risque pour la santé. « Il reste à rassurer la population que ces produits sont de très bonne qualité, parce qu’il y a certain qui continuent par douté. D’où la nécessité pour nous d’avoir un label de qualité qui va rassurer les consommateurs de la qualité de nos produits » a expliqué le président de la COTPAT

Nombreux sont de l’autre côté des consommateurs qui ont entièrement confiance aux produits togolais, naturelles, sans une grande industrialisation ou une conservation à long terme. Dans ce lot également, au moment où certains sont prêt à débourser n’importe quelle somme pour se procurer ces produits, d’autre reconnaissant bien-sûre leur qualité, se sentent incapable de s’en procurer en raison du coût plus élevé que celui importé.

Nécessité de subvention des produits locaux

L’autre défi auquel est confrontée la promotion du consommer local au Togo est la cherté des produits. « Nous en sommes un peu conscient que nos produits sont chères parce que nous n’avons pas les moyens suffisants pour faire une production à échelle. »  A reconnu M. Salami

Ces transformateurs font également face à des difficultés d’approvisionnement en matière première. D’où la nécessité d’accompagner les producteurs ainsi que transformateur, pour que les premiers puisse développer les techniques innovantes pour faire de grande productions et que les second puissent offrir des produits à prix abordable pour les consommateurs.