Perspectives agricoles et alimentaires : les recommandations du CILSS

Perspectives agricoles et alimentaires : les recommandations du CILSS
Le CILSS fait des recommandations aux pays membres

Des experts des pays du Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS), viennent de dresser à Lomé, une photographie de la situation agropastorale 2022-2023 en cours. Plusieurs recommandations ont été formulées à l’endroit des Etats membres.

En concertation technique régionale dans la capitale togolaise (14 au 16 septembre 2022) sur "les perspectives agricoles et alimentaires au Sahel et en Afrique de l’ouest", les experts se sont appesantis sur les dispositifs nationaux de suivi et d’alerte précoce de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, aux plans national, régional et international. Ils ont donc appelé les Etats à maintenir la vigilance sur la veille informationnelle, concernant les risques d’inondations, du fait des perspectives pluviométriques pour les mois de septembre et octobre qui risquent d’engendrer des débordements des cours d’eau.

Des recommandations

Les délégués du CILSS ont demandé aux gouvernements, organisations et partenaires, de prendre des dispositions pour préparer la campagne irriguée pour la saison 2023, par la mise en place des semences, des engrais et des autres petits matériels de façon à booster la culture irriguée dans toutes les zones et à travers tous les pays du Sahel et de l'Afrique de l'ouest.

Selon les experts du CILSS, de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), les prévisions de production de céréales se situeraient entre 71 et 78 millions de tonnes, soit une progression respective de -2% et de 7%, par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Quant à la production des racines et tubercules, elle se situerait entre 191 millions et 207 millions de tonnes soit une hausse de 3% à 9% par rapport à la moyenne quinquennale.

Après l'étape de Lomé, les délégués des pays concernés envisagent, dans les trois prochains mois de conduire des missions qui vont sillonner les Etats membres, pour faire le point des issues provisoires de la campagne qui sera ensuite présentée aux partenaires.

LIRE AUSSI : COP 27 : l’Afrique veut la reconnaissance de ses besoins spécifiques

La réunion de Lomé visait à faire l’évaluation à mi-parcours du déroulement de la campagne agro-Sylvio-pastorale dans chaque pays, en vue de dégager les perspectives agricoles et alimentaires pour l’année de consommation 2022-2023. Toutefois, la présente campagne connaît des difficultés d’approvisionnement en fertilisants chimiques.

D’après une analyse de la CEDEAO, menée avec le Programme / mondial (PAM) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), cette difficulté d’approvisionnement en engrais pourrait entraîner une baisse significative de la production agricole de la région du Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Le secrétaire exécutif du CILSS, Dr Abdoulaye Mohamadou, avait indiqué que ces situations aggravent la crise alimentaire et nutritionnelle complexe touchant 38,3 millions de personnes.