Monde-Climat : Vanessa Nakate, nouvelle ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF

Monde-Climat : Vanessa Nakate, nouvelle ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF
@ UNICEF/Translieu/Nyaberi/UN0702702

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a annoncé le 15 septembre 2022 la nomination de la militante ougandaise pour le climat, Vanessa Nakate, comme ambassadrice de bonne volonté. Cette distinction vient reconnaître sa mobilisation exceptionnelle à l’échelle mondiale en faveur de la justice climatique pour les générations actuelles et futures.

Vanessa Nakate, 25 ans s’est rendue au début du mois de septembre 2022 avec l’UNICEF dans le Nord-ouest du Kenya, précisément dans le comté du Turkana, pour constater directement les effets de l’insécurité hydrique et alimentaire causée par la pire sécheresse qu’ait connue la Corne de l’Afrique depuis 40 ans.

Lors de son premier déplacement avec l’organisme onusien intervenant dans plus de 190 pays et territoires pour atteindre les enfants et les adolescents les plus défavorisés, la jeune femme a rencontré des communautés touchées de plein fouet par la crise climatique, y compris des mères et des nourrissons recevant un traitement vital contre la malnutrition aiguë sévère, et des familles bénéficiant de systèmes d’approvisionnement en eau alimentés à l’énergie solaire.

Très touchée par l’impact de la crise climatique

Au Kenya, l’impact des changements climatiques et de la sécheresse a influé négativement sur la vie des enfants. Quatre saisons sont passées sans pluies, privant ces progénitures de leurs droits les plus élémentaires. « Dans l’une des communautés dans lesquelles je me suis rendue, il n’a pas plu depuis plus de deux années. C’est plus qu’une crise alimentaire et nutritionnelle, c’est une manifestation supplémentaire de l’aggravation de la crise climatique », a relevé Vanessa Nakate.

 « En tant qu’ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF, j’aurai pour principale responsabilité de faire entendre la voix des enfants et des personnes marginalisées dans les débats dont ils ont été précédemment exclus », a expliqué la nouvelle ambassadrice pour qui, « ce rôle auprès de l’UNICEF me donnera davantage d’occasions de rencontrer des enfants et des jeunes dans les endroits les plus touchés par les changements climatiques et une plus vaste tribune pour plaider en leur faveur ».

LIRE AUSSI - COP27 : l'Afrique veut la reconnaissance de ses besoins spécifiques

L'appel qu’a lancé l’UNICEF pour améliorer la résilience à long terme des familles dans la Corne de l’Afrique – pour ainsi empêcher que la sécheresse ne dévaste des vies pendant plusieurs années à venir – n’a permis de réunir à ce jour que 3 % des fonds nécessaires.

Une activiste de l’écoéthologie très engagée

Le militantisme de Vanessa Nakate a débuté en janvier 2019, lorsque la jeune Ougandaise était allée manifester dans les rues de Kampala avec ses frères et ses cousins ; une mobilisation qu’elle a ensuite poursuivie toutes les semaines, devenant ainsi l’une des figures connues du mouvement des jeunes « en grève » pour le climat, présent dans le monde entier.

En 2020, sa renommée s’est accrue à l’échelle mondiale lorsqu’une agence de presse l’a fait disparaître, après recadrage, d’une photo dans laquelle elle apparaissait aux côtés de Greta Thunberg et d’autres militants blancs, pour le climat. La réponse de la jeune activiste ougandaise a fait la une des journaux internationaux : « Vous n'avez pas simplement effacé une photo. Vous avez effacé un continent ».

Vanessa Nakate se sert depuis de cette tribune pour plaider en faveur de la justice climatique pour toutes les communautés sans exception, et notamment celles des régions les plus durement touchées. Elle a créé le mouvement "Rise Up", qui a pour objectif de mieux faire entendre la voix des militants africains pour le climat, ainsi qu’un projet d’installation de panneaux solaires dans les écoles rurales ougandaises. Elle s’est adressée aux dirigeants internationaux lors des sommets sur le climat de la COP25 et de la COP26.

LIRE AUSSI -Réchauffement climatique: l’humanité en péril ?

La Directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell espère que la nomination de Vanessa Nakate à la fonction d’ambassadrice mondiale de bonne volonté de l’UNICEF, «contribuera à faire en sorte que la voix des enfants et des jeunes ne soit jamais exclue des débats sur les changements climatiques, et soit toujours prise en compte dans les décisions qui les concernent ».

À l’échelle mondiale, environ un milliard d’enfants – soit près de la moitié des 2,2 milliards d’enfants de la planète – vivent dans l’un des 33 pays dans lesquels le risque de subir les effets des changements climatiques est « extrêmement élevé », selon l’Indice des risques climatiques pour les enfants, établi par l’UNICEF – ; une situation qui menace leur santé, leur éducation ainsi que leur protection, et qui les expose à des maladies mortelles.

Les dix pays en tête de ce classement se trouvent tous en Afrique.