Les pesticides agissent sur la santé de la femme enceinte, du nourrisson et du fœtus

Les pesticides agissent sur la santé de la femme enceinte, du nourrisson et du fœtus
Une femme enceinte

L’utilisation des pesticides fait partie de notre quotidien. Pour lutter contre les ravageurs, les producteurs pulvérisent leurs champs avec des pesticides. Dans les maisons, des insecticides et aérosols de différents types sont également utilisés pour éliminer les insectes. Seulement, peu de gens savent les dommages que cause leur mauvaise utilisation, surtout pour les femmes enceintes.

Bon nombre d’utilisateurs de pesticides ignorent ou banalisent les gestes de protection conçues pour assurer leur sécurité. Pourtant, à un certain degré d’exposition, les ingrédients actifs de ces produits sont nocifs à la santé humaine et à l’environnement. Selon des experts, la femme enceinte et le fœtus constituent une cible particulièrement sensible, en partie, à cause des effets potentiels des pesticides sur les résultats de la naissance.

 

Les maladies rencontrées chez les utilisateurs/utilisatrices de pesticides

 

Les scientifiques ont trouvé des liens entre l’exposition aux pesticides et les maladies cardiovasculaires telles que l’hypertension, le diabète, les cancers du sein, de la prostate et du cerveau. Il y a également des maladies liées à la reproduction, des maladies immunitaires, et des maladies neurologiques telles que l’Alzheimer ou encore la maladie de Parkinson.

 

La femme enceinte et le nourrisson les plus vulnérables

 

La femme enceinte, par son état physiologique est plus vulnérable. La grossesse étant accompagnée de plusieurs changements dans le corps de la mère, comprenant les changements hormonaux et de régulation, et cette période rend la femme et son fœtus plus vulnérables. L’un des principaux comportements qui rend les nourrissons plus sensibles à l’empoisonnement à travers les pesticides, est leur tendance à ramper sur le sol et mettre des objets contaminés dans leur bouche.

 

En outre, les organes d’un nourrisson sont encore en développement et sont donc plus vulnérables que ceux d’un adulte. Cela signifie que leur corps a plus du mal à faire face aux pesticides que celui d’un adulte.

 

Avant tout, la mère allaitante est exposée aux effets sanitaires lorsque les molécules du pesticide peuvent se retrouver dans le sang et le lait de la mère. Le nourrisson sera ainsi exposé. En raison de leurs propriétés chimiques, certains pesticides se retrouvent en plus grande quantité dans le lait que dans le sang. Et comme évoqué plus tôt, le nourrisson est très vulnérable à l’exposition aux pesticides.

 

D’autres pesticides peuvent entraîner à des mutations génétiques, des avortements, des retards de croissance, la mortalité du fœtus ou une naissance prématurée. Et enfin, il y en a qui dérèglent la régulation la température du corps surtout au niveau des fonctions de reproduction.

 

Les pesticides pénètrent dans le corps humain

 

Les pesticides peuvent pénétrer dans le corps humain lors du traitement des cultures sans protection individuelle. L’on peut aussi être exposé à travers l’inhalation des poussières de pulvérisation.

 

La bouche est aussi une voie d’exposition. Le fait de manger des aliments qui contiennent des résidus de pesticides, ou le fait de boire ou de fumer pendant ou après la pulvérisation des pesticides sans se laver les mains peut être une voie d’exposition.

 

Quelles précautions pour les femmes enceintes dans l’application de pesticides

 

Il est fortement déconseillé et dans certains cas, interdit aux femmes, en particulier celles qui sont enceintes, de pulvériser les pesticides. Ces produits peuvent provoquer la mort du futur bébé si la maman est empoisonnée. Les molécules de pesticides peuvent pénétrer à travers sa peau et atteindre son sang et ensuite celui du bébé ; étant donné que le bébé est connecté avec sa maman via le placenta.

 

Les symptômes des effets des pesticides peuvent être immédiate ou tardive. S’ils sont immédiats, on parle d’intoxication aiguë, et les symptômes apparaissent aussitôt ou peu de temps après le traitement, en quelques minutes, heures ou jours.

 

Les signes ou symptômes les plus fréquemment rapportés comprennent : céphalées, nausées, vomissements, étourdissements, fatigue, perte d’appétit, irritation cutanée ou oculaire, crampes abdominales, diarrhée, nervosité, transpiration excessive, difficulté d’attention, trouble de vision, difficultés respiratoires, convulsions pour finir dans le coma.

 

Les pesticides sont-ils un atout pour l’agriculture ?

 

Les pratiques de sélection des plantes ont fait que bon nombre des variétés améliorées utilisées aujourd’hui sont incapables de résister aux attaques d’insectes ou aux maladies. Au contraire, pour que ces variétés atteignent leur plein potentiel, elles nécessitent des pesticides et des engrais.

 

Les pesticides permettent entre autres d’augmenter les rendements, limiter les problèmes de production, protéger les réserves alimentaires, parmi d’autres. Ils aident aussi à préserver la qualité des produits, lutter contre les organismes qui propagent les maladies, pallier le manque de main d’œuvre et réduire la l’intensité du travail agricole.