Changement climatique - Togo : mobilisation du secteur privé

Changement climatique - Togo :  mobilisation du secteur privé
Effet du changement climatique

Dans le cadre de son ambition de restaurer le domaine forestier national, et conformément aux engagements pris par le Togo au niveau international entre autres contribuer à l’effort mondial de lutte contre les changements climatiques, le ministère de l’environnement et des ressources forestières mobilise les opérateurs économiques privés.

Une rencontre a été organisée à cet effet ce vendredi 15 avril 2022 à Lomé avec le secteur privé notamment des exploitants miniers, portuaires et aéroportuaires, des cimentiers, brasseurs, et énergéticiens.

 

L’objectif de cette séance présidée par le ministre Foli-Bazi Katari est de contribuer à la restauration du couvert végétal.

 

« Cette rencontre avec les opérateurs vise à les informer de l’ambition décennale de plants à mettre en terre et, à requérir leur adhésion et implication pour l’atteinte de cette politique gouvernementale définie par le Chef de l’Etat, Son Excellence, Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE », a déclaré le ministre.

 

LIRE AUSSI - Togo : 100 millions plants à mettre en terre en 2022

 

Ce dernier s’est aussi réjoui de la disponibilité et de l’engagement affichés par les directeurs des sociétés présents. Il a donc assuré ces derniers de la possibilité de mettre à leur disposition des espaces et aires protégés ainsi qu’un accompagnement technique.

 

Pour la prochaine campagne de reboisement à l’occasion de la journée nationale de l’arbre le 1er juin, le ministre s’attend au total engagement de chaque société dans le reboisement d’une superficie qui sera définie de commun accord.

 

Selon le bilan du secteur forestier national issu du premier inventaire forestier de 2016, le Togo présente une couverture de 24,24 %, toutes strates confondues.

 

 Le ministère de l’environnement et des ressources forestières ambitionne donc atteindre un taux de couverture forestière de 25% d’ici 2025, et planter un milliard d’arbre d’ici 2030, en parallèle à l’interdiction de l’exploitation des produits forestiers de sciages sous forme brute ou semi brute.