Burkina Faso : plus de 10 milliards de francs CFA pour contrer l’insécurité alimentaire

Burkina Faso : plus de 10 milliards de francs CFA pour contrer l’insécurité alimentaire
Le gouvernement du Burkina-Faso lutte contre l'insécurité alimentaire en réponse à l'impact de la crise sécuritaire avec un financement de plus de 10 milliards de francs CFA

Les nouvelles autorités de la transition burkinabè s’attaquent à l’insécurité alimentaire. En réponse à l’impact de la crise sécuritaire sur les productions agricoles, elles viennent de décider d’un "Plan opérationnel" axé sur les cultures de contre-saison.

« Nous allons mettre l’accent sur le maïs irrigué, la pomme de terre et quelques produits maraichers comme la tomate et l’oignon qui sont couramment consommés », a indiqué le ministre de l’agriculture, Denis Ouédraogo, après le premier conseil des ministres du gouvernement de la transition qui s’est tenu le 09 novembre 2022. Ce Plan vise à intensifier les productions, pour compenser les pertes des biens agricoles, liées aux déplacements de populations, en raison de la situation sécuritaire.

Le ministre a précisé que les chiffres des productions attendues se chiffrent à environ 3 500 tonnes de maïs et près de 70 000 tonnes de riz irrigué. « Les autres produits connaitront aussi des évolutions significatives », a assuré Denis Ouédraogo.

Un Plan financièrement rentable

La mise en œuvre du "Plan opérationnel d’appui à la campagne agricole de saison sèche 2022-2023" va coûter dix (10) milliards trois cent (300) millions de francs CFA, et doit à terme rapporter au gouvernement une production d’une enveloppe financière de plus de douze (12) milliards deux cent (200) millions de FCFA.

Au-delà de la rentabilité financière, le ministre burkinabè de l’agriculture a relevé que « c’est sa rentabilité sociale et économique qui est importante, parce que nous permettons aux populations burkinabè de satisfaire un besoin élémentaire, celui de se nourrir, mais aussi de rehausser leur dignité ».

LIRE AUSSI - Insécurité alimentaire dans le sahel : plus de 7 millions de personnes menacées 

Alléger les problèmes des déplacés internes

L’objectif de l’initiative du gouvernement de la transition burkinabè, au-delà de la production agricole, « vise surtout l’impact social, parce qu’elle permet aux acteurs que sont les personnes déplacées internes et les jeunes en particulier, de s’occuper utilement pendant la campagne sèche ». Le "Plan opérationnel d’appui" va fournir l’accompagnement nécessaire aux concernés, afin qu’ils obtiennent à la fin, un niveau de production à la hauteur des attentes.

Les travaux du Plan opérationnel d’appui à l’agriculture débuteront incessamment, selon le ministre de l’agriculture.